Main Menu

RDCONGO: Rapport de l’ONU sur la force contre des manifestants / UN report on excessive violence on demonstrators

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Egalement disponible en Français, la version francaise suit l’anglaise.

Unlawful, unjustified and disproportionate use of force against protestors in DR Congo – UN report

Between 1 January 2017 and 31 January 2018, at least 47 people, including women and children, were killed by security services and defence forces in the context of demonstrations

GENEVA, Switzerland, March 19, 2018/APO Group/ — The right to freedom of peaceful assembly was severely restricted and often violently suppressed in the Democratic Republic of the Congo in 2017 and the trend continues so far this year, according to a UN report issued on Monday. The report* documents killings and other serious human rights violations due to the use of excessive force by security services and defence forces in relation to mass protests.

Between 1 January 2017 and 31 January 2018, at least 47 people, including women and children, were killed by security services and defence forces in the context of demonstrations and there are indications that Congolese security services have attempted to cover up these serious human rights violations by removing the bodies of victims and obstructing the work of national and international observers, the report states.

The report, published jointly by the UN Human Rights Office and the UN Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo (MONUSCO)**, describes the lack of compliance with national law and international standards, in particular the principles of legality, necessity, proportionality, precaution and accountability, related to the use of force by security services and defence forces during the suppression of peaceful demonstrations between January 2017 and January 2018.

The report is based on information collected during six main mobilization days and it states that while some people armed with sticks and broomsticks did attempt to perpetrate violence during some protests, the vast majority of demonstrators were peaceful. The use of excessive force – including lethal force – by the authorities was thus unlawful, unjustified and disproportionate.

The report also states that increasing restrictions to fundamental rights and freedoms coupled with inflammatory speeches and threats against demonstrators are cause for deep concern at a time when it is particularly important to create an environment conducive to peaceful elections.

The Special Representative of the UN Secretary-General in the DRC, Leila Zerrougui, said the report highlights impunity gaps and a continued shrinking of the democratic space in the country observed since the beginning of 2015.

It is particularly disturbing that security services and defence forces carry out this violence with almost full impunity which can be perceived as encouraging such repression

“This is inconsistent with the letter and spirit of the 31 December 2016 Agreement and its confidence-building measures. Demonstrations are intrinsically related to freedom of expression and it is absolutely necessary that all voices can be heard in the context of the forthcoming elections,” Zerrougui said.

“The creation by the Ministry of Human Rights of a joint commission of inquiry*** with representatives of the civil society is a positive step forward for accountability and reparation for the victims,” she added. Zerrougui welcomed the findings of the Commission and urged their full and swift implementation. She expressed the readiness of the UN to provide support in that regard.

UN High Commissioner for Human Rights Zeid Ra’ad Al Hussein said the systematic suppression of demonstrations, including through the use of disproportionate force, is a serious breach of international human rights law and the laws of the DRC. There is an urgent need for a meaningful, transparent and independent judicial investigation into these violations and other allegations.

“It is particularly disturbing that security services and defence forces carry out this violence with almost full impunity which can be perceived as encouraging such repression,” he said. “We are seeing the quashing of dissent at all costs – even at the cost of human life – in the DRC by the systematic deployment of armed forces alongside the Police Nationale Congolaise to handle protests.”

Zerrougui and Zeid urged the Government to allow the exercise of the rights to peaceful assembly and expression, warning that repression would only breed frustration, could lead to serious deteriorations in the security situation in the country and could pose a threat to the electoral process. For credible elections to be held at the end of this year, the Government has an obligation to ensure that people’s civil and political rights are respected and their exercise is facilitated.

* The full report in French only can be accessed here: ohchr.org/Documents/Countries/CD/BCNUDH-Report_March2018.pdf

** The UN Joint Human Rights Office, which was established in February 2008, comprises the Human Rights Division of the UN Stabilization Mission in the DRC (MONUSCO) and the Office of the High Commissioner for Human Rights in the DRC (OHCHR-DRC).

*** At the request of the Government of the Democratic Republic of the Congo, the report of the joint commission of inquiry is annexed as an answer to the UN report.

Distributed by APO Group on behalf of Office of the UN High Commissioner for Human Rights (OHCHR).

Utilisation illégale, injustifiée et disproportionnée de la force contre des manifestants congolais en RDC – Rapport de l’ONU

Entre le 1er janvier 2017 et le 31 janvier 2018, au moins 47 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées par les services de sécurité et les forces de défense dans le cadre de manifestations

GENEVA, Suisse, 19 mars 2018/ — Le droit à la liberté de réunion pacifique a été sévèrement restreint et souvent violemment réprimé en République démocratique du Congo (RDC) en 2017 et cette tendance continue encore cette année, selon un rapport de l’ONU publié lundi. Le rapport* documente les meurtres et d’autres violations graves des droits de l’homme dus à un recours excessif à la force par les services de sécurité et les forces de défense lors de manifestations.

Entre le 1er janvier 2017 et le 31 janvier 2018, au moins 47 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées par les services de sécurité et les forces de défense dans le cadre de manifestations. Les services de sécurité congolais ont tenté de dissimuler ces graves violations des droits de l’homme en enlevant les corps des victimes et en entravant le travail des observateurs nationaux et internationaux, indique le rapport.

Ce rapport, publié conjointement par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO)**, décrit le non-respect de la législation nationale et des normes internationales, notamment les principes de légalité, nécessité, proportionnalité, précaution et la responsabilité des services de sécurité et des forces de défense, relatifs au recours à la force, lors de la répression de manifestations pacifiques entre janvier 2017 et janvier 2018.

Le rapport se fonde sur des informations recueillies au cours de six journées principales de mobilisation et indique que, bien que quelques personnes armées de bâtons et de balais aient tenté de commettre des actes de violence pendant certaines manifestations, la grande majorité des manifestants était pacifique. Le recours excessif à la force – y compris la force létale – par les autorités était donc illégal, injustifié et disproportionné.

Le rapport indique également que les restrictions croissantes des droits et libertés fondamentaux, associées à des discours incendiaires et à des menaces contre les manifestants, sont un sujet de préoccupation majeure à un moment où il est particulièrement important de créer un environnement propice à la tenue d’élections pacifiques.

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, Leila Zerrougui, a déclaré que le rapport soulignait une impunité constante et un rétrécissement continu de l’espace démocratique dans le pays observés depuis le début de l’année 2015.

“Ceci est incompatible avec la lettre et l’esprit de l’Accord du 31 décembre 2016 et ses mesures de décrispation. Les manifestations sont intrinsèquement liées à la liberté d’expression et il est absolument nécessaire que toutes les voix puissent être entendues dans le contexte des prochaines élections”, a déclaré Madame Zerrougui.

“La création par le Ministère des droits humains d’une commission mixte d’enquête*** avec la participations de représentants de la société civile est un développement positif dans le cadre de la lutte contre l’impunité et les réparations pour les victimes.”, a-t-elle ajouté. La Représentante spéciale du Secrétaire général s’est félicitée des conclusions de la Commission et a demandé qu’elles soient intégralement et rapidement mises en œuvre. En outre, elle a affirmé la disponibilité des Nations Unies à fournir un appui à cet égard.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a déclaré que la répression systématique des manifestations, y compris en recourant à une force disproportionnée, constitue une violation grave du droit international des droits de l’homme et des lois de la RDC. Il est urgent d’ouvrir des enquêtes crédibles, transparentes et indépendantes sur ces violations et sur d’autres allégations.

“Il est particulièrement inquiétant que les services de sécurité et les forces de défense recourent à cette violence avec une impunité presque totale, ce qui peut être perçu comme une incitation à réprimer”, a-t-il déclaré. “Nous assistons à un anéantissement des voix discordantes à tout prix – même au prix de vies humaines – en RDC avec le déploiement systématique des forces armées aux côtés de la Police nationale congolaise pour gérer les manifestations.”

La Représentante spéciale et le Haut-Commissaire ont exhorté le gouvernement à permettre l’exercice des droits de réunion pacifique et d’expression, alertant sur le fait que la répression n’engendre de la frustration, détérioration significative de la sécurité dans le pays et constituer une menacer le processus électoral. Pour des élections crédibles à la fin de cette année, le gouvernement a l’obligation de veiller au respect et à la jouissance des droits civils et politiques.

* Le rapport complet en français peut être consulté ici: http://www.ohchr.org/Documents/Countries/CD/BCNUDH-Report_March2018.pdf

** Le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme, créé en février 2008, inclut la Division des droits de l’homme de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) et le bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme en RDC (OHCHR-DRC).

*** A la demande du gouvernement de la République démocratique du Congo, le rapport de la commission mixte d’enquête est annexé comme réponse au rapport des Nations Unies.

Distribué par APO Group pour Office of the UN High Commissioner for Human Rights (OHCHR).

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Sharing is caring:





One Comment to RDCONGO: Rapport de l’ONU sur la force contre des manifestants / UN report on excessive violence on demonstrators

  1. Sharolyn Buffalo says:

    Thank you so much for the great article, it was fluent and to the point. Cheers.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked as *

*